28 Août 2011

A quatre dans un huit

Category: Presse,saison 2010-2011Charlène - 28/08/2011 13h49

Championnats du monde – à partir du 28 septembre en Slovénie.

Avec Laurent Cadot, Johnatan Mathis, Matthieu Moinaux et Benjamin Rondeau, le huit de pointe tricolore a un fort accent verdunois. Un vrai plus pour les rameurs lorrains.

“Il est où Benjamin ?” “Attends j’essaie de le joindre!” 13h30, mardi, sur la base nautique de Bellecin (Jura). Alors que tous les sélectionnés pour les Mondiaux viennent de poser sous un soleil de plomb pour la traditionnelle photo de groupe avant le départ pour la Slovénie, Laurent Cadot et Johnatan Mathis cherchent à réunir les deux autres Verdunois du huit avec barreur. Matthieu Moinaux arrive rapidement, mais impossible de trouver Benjamin Rondeau…

Les quatre compères sont pourtant souvent ensemble, très souvent. Sur et en dehors des bassins. Faire partie du même club, forcément, ça aide à tisser quelques liens… “On se connaît pour la plupart depuis dix ans”, glisse Johnatan Mathis. “On connaît nos forces et nos faiblesses et la gestion est aussi plus simple. Oui, c’s. “On connaît nos forces et nos faiblesses et la gestion est aussi plus simple. Oui, c’est un vrai plus de faire partie du même club.”

Pourtant, cet équipage aurait très bien pu ne pas avoir l’accent meusien à ce point. Quand l’idée de construire un huit pour les Jeux Olympiques de Londres a germé dans l’esprit de la Fédération, à l’automne dernier, le groupe tricolore susceptible de prendre place dans l’embarcation était large, suffisamment pour faire ramer deux huit différents lors d’un stage fédéral programmé au dernier trimestre. Il a fallu trancher.

Et ce sont les championnats de France d’Aiguebelette qui ont servi de juge de paix, plus particulièrement le deux sans barreur. “Ils prenaient les rameurs classés entre la 4e et la 6e place “, explique Laurent Cadot. “J’ai fini 4e, Matthieu et Benjamin 5e et Johnatan Mathis 6e.”

Et voilà comment les quatres hommes ont été retenus dans le huit pour les Mondiaux, aux côtés du Boulonnais Benoît Brunet, du Chalonnais Adrien Hardy, du Quentinois Sébastien Lenté, du Bordelais Bastien Ripoll et du barreur angevin Benjamin Manceau.

Un huit au sein duquel Cadot, Mathis et Rondeau joueront les cadres, eux qui ont déjà disputés respectivement trois, quatre et cinq championnats du monde. Ils partageront leur expérience avec le “bizuth” Matthieu Moinaux qui, à 20 ans, vivra ses premiers frissons aux Mondiaux seniors. “Je ne m’attendais pas à être retenu aussi tôt”, sourit-il. “J’étais plûtot dans l’optique des Jeux de 2016. Mais c’es super. Maintenant, on va essayer de qualifier le bateau pour les Jeux.”

Pour cela, il faudra accrocher l’une des sept premières places en Slovénie. A la portée de ce huit, même si les deux étapes de coupe du monde (9e et 5e places) ont montré que la marge était assez réduite. Mais pour aider le huit à décrocher ce précieux sésame, les Verdunois comptent bien se mettre… en quatre.

Article d’Anthony Guille, paru dans L’Est Républicain du jeudi 25 août 2011.

Laisser une réponse

*