09 Mar 2009

Malgré les vents contraires

Category: saison 2008-2009Charlène - 09/03/2009 14h48

Le Marignanais Dorian Mortelette et le Verdunois Germain Chardin ont étrenné leur nouveau pair-oar avec succès…

TETE DE RIVIERE DE TOUL –


Sans doute est-ce l’annonce de quatre années particulièrement rigoureuses et le signe que les meilleurs Lorrains devront s’employer pour espérer confirmer les bonnes dispositions affichées à Pékin. Car, hier matin, les vents étaient contraires sur les eaux de la Moselle, à l’occasion du premier grand contrôle d’entraînement de la nouvelle olympiade.un contre-la-montre où la plupart des cadors lorrains ont, en outre, étrenné leurs nouveaux pair-oars.
À ce petit jeu, le Verdunois Germain Chardin et le Marignanais Dorian Mortelette, deux des bronzés olympiques du pôle France de Nancy, se sont montrés les plus performants.
Un genre d’évidence pour le dernier nommé, qui se montrait volontiers rieur sur la ligne d’arrivée : " Je préfère toujours me bagarrer avec un bateau. Mais je suis quand même content de gagner. En plus, c’est agréable d’avoir du vent contre, ça dure plus longtemps ".

Une satisfaction partagée par le rigoureux Chardin : " On gagne avec 3" d’avance sur Cadot et Bernard. C’est toujours intéressant de montrer qu’on est là, avant les vraies grandes échéances. Après, en ce qui concerne les conditions, un rameur doit ramer avec de la glace, sous la pluie et sous le vent. On n’est pas à l’abri de trouver ce temps aux championnats de France ou du monde"

Juste derrière, a donc pointé le tenant de la Coupe du monde de la spécialité, Laurent Cadot, désormais associé au recalé de Pékin, le Melunais Jean-David Bernard. Un Verdunois qui s’est fait à l’idée de ne pas s’imposer en terre touloise : "On a fait un premier 2000 à fond et on revenait sur Dorian et Germain. Mais au virage, on a pris l’extérieur au lieu de le prendre à l’intérieur. Là, Philippe Cabut (NDLR : l’entraîneur historique du club de Verdun) m’a dit qu’on a perdu au moins 3". Mais c’est bien quand même, parce que Jean-David revient de deux fractures de fatigue. On revient tout doucement, mais sûrement".

À la quatrième place, deux autres de ses équipiers, Benjamin Rondeau et Jonathan Mathis, ont pris leurs marques. Une sorti encourageante pour le Pékinois Rondeau : "On a eu du mal à gérer ces conditions extrêmes. Mais on a surtout essayé de chercher des repères pour bien se trouver en course en ligne sur 2000 m avec John, pour la suite de la saison et de l’olympiade, parce qu’il s’est arrêté pendant trois ans et là, il veut se relancer pour 2012".

Du côté des coupleux, le Mussipontain Pierre-Jean Peltier, la dernière star régionale des Jeux a, quant à lui, surpris son monde en signant le deuxième chrono. Une prouesse dont il était le premier étonné : " C’est rare que je marche aussi bien sur une tête de rivière. D’habitude, je fais plutôt septième ou huitième, même s’il y a plus de monde. Mais là, je suis content parce que je suis juste derrière Julien Bahain, qui était avec moi dans le quatre médaillé à Pékin, et devant Jean-Baptiste Macquet qui, lui, est un vrai spécialiste de cet exercice. Mais là, je suis parvenu à être relâché ; ce que je ne fais jamais d’habitude".

Chez les filles, la Mussipontaine Coralie Simon a survolé sa catégorie du skiff poids léger. Et cela en dépit d’un rendement douteux : "Ca fait deux semaines que j’ai arrêté, suite aux tests ergo. J’avais les examens de kiné en même temps et j’ai eu du mal à m’enlever cet échec de la tête. En plus; il faut faire attention au poids en début de saison. Il faut que le corps se rôde".

En pair-oar, la Nancéenne Vanessa Grandpierre s’est enfin classée deuxième, au côté de sa nouvelle partenaire, la Toulousaine Roxane Gabriel. De quoi rassurer à l’orée d’un exercice où elle veut s’imposer dans le groupe France : " Les conditions étaient difficiles. En plus, on est un équipage tout récent. On a juste fait cinq entraînements ensemble en trois mois. Donc c’est compliqué de se trouver sur une tête de rivière". Des difficultés partagées par beaucoup des engagés.

 

Bruit de pelles

 

  • Willaume de retour

Plutôt rare sur les bassins depuis deux saisons et demie, la Verdunoise Clémence Willaume a supporté ses couleurs hier, sur les rives de la Moselle. Comme une annonce du retour prochain de l’ancienne médaillée de bronze des Mondiaux espoirs : " Je termine mon école de kiné cette année. L’année prochaine, je devrais travailler à l’hôpital de Verdun et je vais reprendre la compétition, parce que j’ai encore faim".

Tout le monde est donc prévenu.

  •  RASSURÉ. Même s’il était visiblement déçu de ne pas s’imposer en pair-oar, le Verdunois Laurent Cadot s’est rassuré comme il pouvait sur la ligne d’arrivée : "L’année où on ne gagne pas à Toul, on gagne le championnat de France". Une loi qui était valable avec son équipier, le Nantais Erwan Péron.

  • RATTRAPAGE. Pour sa première saison chez les seniors, la Bleuette de Verdun Éléna Kieffer faisait grise mine, hier matin : "Les têtes de rivière, ce n’est vraiment pas mon truc. D’ailleurs, j’ai été rattrapée par la fille de Creil partie derrière moi. Maintenant, j’attends les vraies distances, sur 2000 m".
  •  DEAL. Même s’il était plutôt satisfait de sa performance, Jean-David Bernard, le nouveau partenaire de Laurent Cadot, refusait de se projeter dans un avenir trop lointain hier : "Avec Laurent, il est clair qu’on ne part pas pour l’olympiade. On verra année après année. Le deal, c’est qu’on décidera de la suite à donner, après chaque échéance".

          Ce qui peut donc durer quatre saisons !

Est Républicain Sports du 9 – 03 – 09

Laisser une réponse

*