16 Oct 2009

Leur rêve américain

Category: saison 2009-2010Charlène - 16/10/2009 15h27

Attention, régate mythique au tournant : dimanche, la fameuse tête de rivière de Boston s’offre au huit du pôle nancéien. Quatre Verdunois seront de la fête.

Aux joggeurs le marathon de New York, aux cyclistes le Tour de France. Et aux rameurs la tête de rivière de Boston, une des épreuves les plus prestigieuses qui soient en aviron.
Ce rendez-vous mythique, cette tranche de légende, les rameurs du pôle de Nancy vont se l’offrir ce dimanche, en huit barré : comme l’an dernier à la même époque, les protégés de Sébastien Bel toucheront ce rêve du doigt en s’élançant pour "The head of the Charles", du nom de la rivière qui traverse la capitale du Massachussetts. Devant quelques 200 000 spectateurs massés sur les berges, au cœur d’une ville vibrant pour l’aviron via la tradition universitaire, les Lorrains tenteront de faire encore mieux qu’il y a un an : derrière les universités de Washington et de Brown, Benjamin Rondeau et ses acolytes avaient en effet failli créer la sensation.

"C’est un super souvenir, c’est certain ; on avait bien "envoyé", pour doubler pas mal de bateaux ; car comme il s’agissait de notre première participation, on était mal placés au départ", se souvient le Verdunois, qui ramera ce week-end avec ses compères de club Germain Chardin, Jonathan Mathis et Jordan Lequy, le Mussipontain Pierre-Jean Peltier, les pensionnaires du pôle Jean-Baptiste Macquet et Dorian Mortelette, ainsi que Sébastien Lenté (Saint-Quentin). Le tout barré par Benjamin Manceau, fraîchement débarqué au pôle. Il remplace la barreuse américaine qui avait guidé les Nancéiens l’an dernier, avec plus ou moins de succès. "L’avantage est qu’elle connaissait le bassin", note Benjamin Rondeau. "Mais comme on parle tous mal anglais, on ne comprenait pas vraiment ses consignes…".

Gênant, vu la spécificité de l’épreuve ! " Tous les bateaux sont lâchés en même temps, il faut donc doubler, sur un parcours comportant de nombreux virages et plusieurs ponts ; c’est vraiment particulier", enchaîne le Verdunois, qui aura cette fois un "traitement de faveur " : "Les places au départ sont fixées selon le classement de l’an dernier. Cette fois, on partira donc en bonne position. "

Mais au-delà de la course et du grand frisson qui va avec, la virée outre-Atlantique présente d’autres intérêts. "On va en profiter pour visiter quelques grands clubs sur place, et prendre des infos sur leurs méthodes d’entraînement", ajoute Sébastien Bel, qui n’oublie pas que très vite, on parlera de reprise de l’entraînement et de retour à l’ordinaire. Raison de plus pour savourer comme il se doit cet intermède de prestige.

Article paru dans L’Est Républicain du 15 octobre 2009
Photos www.pole-france-aviron-nancy.com

 [Suivez l’aventure au jour-le-jour sur www.pole-france-aviron-nancy.com]

Laisser une réponse

*