12 Mar 2007

Tête de rivière, Toul. 11 mars 2007

Category: saison 2006-2007Jordan Lequy - 12/03/2007 19h59

Hardy et Buniet en skiff. Les lorrains Rondeau-Chardin en deux sans barreur. La hiérarchie a été respectée à Toul pour le dernier grand test avant les « France ».

Les costauds sont là

 

Toul._ Un soleil radieux, un plan d’eau calme comme une mer d’huile. Les conditions étaient idéales pour accueillir le lancement de la saison. Placé un mois avant les championnats de France (13-15 avril) qui détermineront la composition des bateaux de l’équipe de France, cette tête de rivière permet aux meilleurs de se positionner par rapport à leur rivaux et de juger sur la qualité du travail hivernal. 300 avaient rejoins Toul hier pour gagner une qualifications pour les France ou prendre date pour la tête de zone qui délivrera les derniers sésames.

 

Champion Olympique avec Sébastien Vieilledent et champion du monde avec Jean-Baptiste Macquet, Adrien Hardy jouait évidement dans la première catégorie. En pensant aux mondiaux de Munich fin septembre et aux J.O. de Pékin, il a signé en skiff une belle performance sur les 5800m du parcours. Son dauphin, Julien Bahain, est relégué à plus de 7 secondes. Les autres rivaux du champion olympique, relégué à plus de 10, se tiennent en quelques secondes montrant ainsi la densité de l’élite française. Au terme d’un splendide mano à mano dans les 100 derniers, Adrien Hardy a même pris sa revanche sur son comparse Macquet qui l’avait devancé de 12 secondes sur le même terrain en novembre. « Lorsqu ’Adrien est revenu sur moi, j’ai essayé de relancer pour retrouver le bon geste et creuser l’écart avec les autres. C’était une belle bagarre mais il était très costaud aujourd’hui », expliquait Macquet en démontant son bateau posé à coté de celui d’Hardy. « C’était un test. Même si je suis déçu, ce n’est pas mal même si la gagne n’est pas au rendez-vous. Cela a commencé à être dur à partir du 3000m. Il m’a manqué un peu de jus. A moi de progresser pour regagner ma place dans le deux de couple avec lui afin de pouvoir défendre le titre mondiale ».

 

Rondeau-Chardin dans le coup

 

Dans cette course le lorrain Pierre-Jean Peltier a montré une nouvelle fois son potentiel. Encor dans la course après de 3000m, le Mussipontain, en raison d’une contracture, s’est un peu écroulé dans la dernière partie. Cela lui coûte une place dans le top5 voir dans le top 3, son objectif aux France. « Physiquement, je suis bien. Pendant la course, j’ai été obliger de régler la direction de mon bateau. J’ai pris mal au niveau du bras et je du perdre une dizaine de secondes sur la fin », expliquait l’élève de l’école de kiné.

Lors de cette journée les Lorrains se sont plutôt bien comportés. Chez les jeunes, à la grande satisfaction de Marion Jullien, la CTS, ils ont trusté les podiums. Auparavant, les verdunois Rondeau-Chardin avait dominé l’autre catégorie reine. Le deux sans barreur. Appliqués, ils devancent la paire composée d’un autre Verdunois, Laurent Cadot, associé à Erwan Peron. Ils sont surtout pris date avec les championnats de France où ils viseront le titre pour ensuite repartir dans l’aventure du quatre sans barreur avec ceux avec ceux qui terminent  3ème de cette tête de rivière, Dorian Mortelette et julien Desprès.

Côté féminin, si la paire nancéienne Garet-Brand a un peu déçu, Coralie Simon a confirmée par sa victoire en skiff poids léger les espoirs placés en elle. En skiff dames Gäelle Buniet s’est imposée facilement dans une épreuve où Clémentine Jullien (Nancy) ne prend que la cinquième pace. Rien de problématique. Elle a comme tous les autres encor un mois pour se mettre au diapason de ses ambitions. C’est tout l’intérêt de cette tête de rivière, essentielle mais pas décisive pour le reste de la saison. 

Comments are closed.